formats

livres
podcasts
articles de presse 
films
documentaires
conférences
blogs



genres

autobiographiques
pédagogiques
sciences sociales
témoignages
politiques

La culture de l’inceste
sous la direction d’Iris Brey et Juliet Drouar

avec Wendy Delorme, Dorothée Dussy,
Sokhna Fall, Ovidie et Tal Piterbraut-Merx

Editions du Seuil, septembre 2022





La culture de l’inceste est un ouvrage collectif codirigé par Iris Brey et Juliet Drouar, par aux Editions du Seuil en septembre 2022.

La formule dont est tiré le titre de l’ouvrage est issue d’un article  publié sur médiapart par Juliet Drouar en décembre 2019, elle est « calquée sur celle de culture du viol » et semble détenir d’après Iris Brey « des clés pour penser l’inceste à travers une nouvelle grille de lecture ».

L’objectif est donné : réaliser un ouvrage collectif « qui se concentrerait sur le « pourquoi » avec une approche pluridisciplinaire, académique et militante. » et qui « abordera l’inceste comme trauma collectif puisqu’il concerne une·e français·e sur dix. »





L’ouvrage présente six articles et une fiction collective. Les articles, écrits par chacun·e des auteur·ices, comme autant de points de vues situés, aux registres et approches singulières, s’assemblent et se complètent tout en révélant, au fil de la lecture, nombre d’impensés qui fondent une culture de l’inceste aujourd’hui encore largement dénié.

Voilà un livre primordial, contemporain et révolutionnaire, qu’il nous semble très important de lire avec attention et de partager autant que possible.

Pour celles et ceux qui le souhaitent, nous avons tenté, certainement un peu maladroitement, de courts résumés faits de citations des articles présents dans l’ouvrage. On espère qu’ils n’altèreront pas la qualité de leurs contenus mais surtout qu’ils vous donneront envie de vous procurer ou d’emprunter La culture de l’inceste pour vous en faire une lecture complète et personnelle.

Nous tenons ici à remercier très vivement les auteur·ices de cet ouvrage; vous n’êtes pas seul·e·s.



















——

Une mémoire soumise à la loi du silence, Amnésie traumatique et système de domination, Sokhna Fall




À partir de son expérience de thérapeute, Sokhna Fall raconte sa rencontre avec Jade, une jeune femme venue la consulter.

Au fil du récit, il est question de mémoire traumatique qui « réduite au silence se manifeste pourtant, parfois bruyamment, comme un enemi en soi,… ». De ce qui se joue avec cette mémoire émotionnelle, où elle se situe physiquement, comment elle fonctionne chimiquement aussi.

Sokhna Fall aborde les mécanismes de survie et « théories échappatoires » qui font que les victimes « préfèrent accepter que leur (…) esprit (mémoire) n’est pas digne de confiance plutôt que de croire que de telles choses avec cette sorte de personnes peuvent réellement s’être passées ».

C’est dans cette situation, celle d’une culture qui « pratique le clivage » et cherche à savoir si les enfants sont, oui ou non, « coupables de mensonges », que l’on apprend au sujet de Jade, que « son jugement sévère sur elle-même a peu à peu laissé la place à une curiosité pour l’enfant qu’elle était. ».

« Le corps qui parle doit être entendu, réhabilité. »