Le déni, ça suffit ! est une association qui s'adresse à tout le monde, sans distinction d'âges ni de fonctions.
Rentrons directement dans le vif du sujet.
Qui n'est pas témoin, au quotidien, de violences imposées aux autres, au monde ?
Qui n'a pas été tenté de détourner les yeux ?
Ici, notre réponse est : personne.
Heureusement, de nombreuses associations dénoncent déjà la violence des agresseurs et prennent à coeur le soutien aux victimes.
Au sein du déni, ça suffit ! l'alerte est portée sur notre trop fréquente passivité de témoins. Sur nous tous et toutes.
Résignation, justification, banalisation ... autant de stratagèmes pour nous protéger et rester dans l'aveuglement.
Là est notre priorité : participer à remettre entre nos mains assez de légitimité et de responsabilité pour faire face à ces violences. Le déni, ça suffit !


Le déni(s)* est une mise à l’écart, à la fois volontaire et inconsciente, ponctuelle ou prolongée, d’une partie de la réalité. Cet aveuglement a la fonction de protéger d'une expérience d'impuissance ou d'une émotion. Il présente aussi l’inconvénient d’empêcher la prise en compte de la réalité et le mouvement de la vie. 

* Le déni est à distinguer du clivage, mise à l'écart ponctuelle et consciente d'une réalité pour mobiliser son énergie sur une priorité sans être distrait par la surprise ou l'événement. Comme Scarlett O'Hara dans Autant en emporte le vent : "J'y réfléchirai demain" gage de maîtrise de la situation. Dans le déni, elle aurait ignoré le danger qu'elle avait provoqué.






Cette page est le résultat d’un travail d’exploration critique à propos du déni. Ce dernier, mené par les membres de l’association Le déni, ça suffit !, est en élaboration permanente. La dernière mise-à-jour de cette page date du 17 novembre 2021. Une édition papier de ces textes sera éditée dès que le moment sera venu. N’hésitez-pas à nous faire parvenir vos remarques et suggestions. Merci et à très bientôt !